Arkhê

For two will always make one. Comme la nuit d’Hésiode dont on ne peut que rarement voir la lame qui leur sert d’affut pour nous yeux. La rivière embrassant le sol et le fond, onde et lumière faite pour nos yeux. Des gémissements qui vont s’unir dans ton bras, finir par apaiser une rage, toi dans la maison sourde.

Affûte donc ta langue quelle bénisse rende blanc l’objet – vois que la précision peut donner lieu, lieu et existence tangible à l’objet. Vois que la grandeur n’a pas peur des fous ni du complexe. Les mots n’en sont pas. Brasse abrase cloue épouse le germe l’oeuf dont le meurtre est trahison et donc plus grande croyance: seulement quand tu es prêt à abandonner ton idéal, seulement là est-il mérité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s