Sonate pour violon et violoncelle de Ravel

“Vif, avec entrain”. “Comme un lapin mécanique” aussi Ravel aurait-il pu préciser “en gardant le sourire siouplaît”
152 à la noire, combien ne faut-il pas l’aimer le Maurice pour jouer de sa musique! Sa belle Hélène n’aurait elle pas pu lui demander un nouveau finale juste pour changer cette mesure? Parce que là je comprends en quoi Ravel est autrement plus défiant que Debussy: il glorifie l’instrument en le poussant à ses limites, tout ça avec un langage d’enfant. Jamais des cordes à vide n’ont été si dures.15078707_1268559939875900_6381056473840095197_n

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s